Expositions

6+ Faune d'Art

22 septembre 2022 - 15 janvier 2023

Commissaire: Margarita Godina

Le monde de l'art est assurément un habitat attrayant pour de nombreuses espèces du règne animal. Taureaux et rhinocéros, tigres et éléphants, scarabées et cerfs, gorilles et flamants roses ont conquis avec assurance l'espace des arts visuels. Les artistes représentent des animaux depuis la préhistoire; les créateurs des premiers dessins sur les parois des grottes ont marqué le début d'un genre qui a subi de nombreuses transformations et a évolué sous l'influence de processus culturels et historiques globaux, s'adaptant aux goôts, à l'apparition de nouveaux outils et technologies picturaux. Des grottes de Lascaux et d'Altamira au Rhinocéros de Dürer, en passant par le requin embaumé de Damien Hirst et le cheval suspendu de Maurizio Cattelan, les animaux ont été une source d'inspiration et de métaphore dans l'art. Ils ont parcouru un long chemin, passant d'un objet de culte sacré et d'un culte, à la peinture d'intérieur, aux tableaux sentimentaux dans des cadres dorés, à un objet de design, à un symbole de développement durable et de lutte pour la préservation de l'environnement. Comme les insectes qui se déguisent en branches d'arbre ou prennent la forme de leur ennemi, les "animaux de musée" s'adaptent à notre réalité, devenant un langage universel pour décrire tout changement.

Les animaux et notre relation avec eux font toujours l'objet d'une réflexion approfondie. Les découvertes faites par les biologistes au cours du nouveau millénaire ont non seulement changé de nombreuses perceptions du monde qui nous entoure, mais elles modifient aussi progressivement notre attitude envers la faune. L'animal, d'objet d'admiration, de crainte, d'étude, devient un objet de protection. Les artistes, comme les zoologistes, ont étudié les animaux, leurs habitudes et leur apparence changeante, et les musées, depuis le Taxi pluvieux (1938) de Salvador Dali, qui était peuplé d'escargots, ont remis en question l'éthique de l'utilisation de la faune vivante dans des œuvres qui constituent peut-être la tentative la plus radicale d'étendre la définition du "ready-made" (tout fait) au monde réel. Et les institutions culturelles, qui doivent choisir entre les droits des animaux et le droit de l'artiste à la liberté d'expression, se rangent de plus en plus du côté des premiers.

L'idée d'unicité avec la nature et la crainte de sa destruction naissante est un thème récurrent dans les œuvres d'aujourd'hui. Les artistes présentent leur vision d'un monde d'oĆ¹ la nature semble bannie, ou d'un monde qui revient à l'état sauvage après le changement global. Le chimpanzé blessé de Tony Matelli, par exemple, souffre à cause des sapiens, alors qu'il est son propre géniteur.

Ce n'est pas la première fois que la Fondation culturelle Ekaterina aborde le thème de la protection de la nature; la collection comprend de nombreuses œuvres liées aux animaux et à la nature, créant une sorte de "population muséale", qui migre entre les projets ("Mouvement. Ɖvolution. Art", "Sur les requins et l'humanité"), révélant à chaque fois de nouvelles caractéristiques.

L'exposition "Histoires d'animaux. Le point de vue de l'artiste" est une ménagerie métaphorique dans laquelle les animaux sont regroupés par espèces, les œuvres d'art moderne sont juxtaposées à des objets provenant de collections scientifiques et naturelles, et les salles d'exposition deviennent l'habitat naturel d'animaux non moins divers que celui de leurs inspirateurs. Les cerfs que nous avons rencontrés avec Niko Pirosmani vivent désormais dans les vidéos de Victor Alimpiev; Rostan Tavasiev invente la peinture d'hippopotames, et les animaux de ses œuvres sortent du plan bidimensionnel; Dmitry Tsykalov crée des "trophées de chasse" à partir de boîtes utilisées pour stocker des munitions; et dans les peintures d'Olga Tobreluts naissent de nouveaux animaux hybrides.

Le projet redéfinit le rôle des "animaux de musée" et inclut le programme de soutien et de conservation de la biodiversité. L'exposition est organisée en partenariat avec le Zoo de Moscou, dont le programme de tutelle permet à chacun de contribuer à la conservation de la biodiversité de notre planète. L'une des principales activités du zoo est la création de populations artificielles d'espèces rares et menacées. En ce sens, la participation au programme de tutelle est une occasion unique de se sentir impliqué dans la conservation de la faune de la Terre dans toute sa diversité.

 

HORAIRES D'OUVERTURE

Horaires d'ouverture (pendant les expositions):

Tous les jours (sauf le lundi)
de 11h à 20h
La caisse est ouverte jusqu'à 19h30

 


Contacts

Téléphone: +7 (495) 621 55 22

E-mail: info@ekaterina-foundation.ru

Magasin: +7 (495) 626 06 89

Adresse: 107031, Moscou, 21/5, rue Kouznetsky most, entrée 8, l'entrée du coté de la rue Bolchaïa Loubïanka.