Press room

"Le Figaro", 25/01/2010

Un cocktail artistique franco-russe

Paris et Moscou donnent aujourd'hui le coup d'envoi d'une année d'échanges culturels.

Tchaïkovski et Pouchkine à Paris ; Beaumarchais et Patricia Kaas à Moscou. L'Année croisée franco-russe débute officiellement aujourd'hui. Chacun des deux pays a choisi d'exporter chez son voisin ses grands classiques. Le caractère parfois académique de la sélection est ouvertement revendiqué par le ministre de la Culture russe. «Les stéréotypes sont utiles et ils stimulent la créativité», explique, dans un entretien au Figaro, Alexandre Avdeev. Ce francophone rappelle que «nos deux cultures se sont toujours interpénétrées, grâce notamment à l'émigration russe en France postérieure à la révolution de 1917». Lorsque le Théâtre du Bolchoï se produira à Chaillot en octobre, l'ombre de Diaghilev - qui subjugua Paris en 1909 - devrait continuer à planer au-dessus du public. Quand le Musée Pouchkine abritera, en mars 2010, la collection du Musée Picasso, l'exposition est censée faire écho à l'année 1956 où, pour la première fois, Moscou s'était ouvert au maître du cubisme. Ce fut alors un des premiers signes tangibles de dégel de l'URSS, après la mort de Staline.

La France se montre un peu plus audacieuse en exposant à la Fondation Ekaterina et au Complexe des arts actuels de Moscou les touche-à-tout de l'art contemporain, Annette Messager et Jean-Marc Bustamante. Dans ce domaine, en revanche, la Russie reste frileuse. Bien que très vivant, l'art contemporain russe, dans sa forme la plus actuelle, reste cantonné aux galeries moscovites privées. «Nous avons du retard, il y a quarante ans, nous aurions dû créer notre propre Centre Pompidou», confesse Alexandre Avdeev, malgré le rôle important que joue la nouvelle Galerie Tretiakov. Ce conservatisme est aussi lié au fait que «la Russie est un État démocratique depuis seulement dix-sept ans ». Il y a très peu de temps - c'était en 2007 - une exposition russe organisée à Paris («Sots Art»), qui tournait en dérision l'Église orthodoxe, avait fait scandale en Russie. Trois ans plus tard, cette affaire vaut toujours à son organisateur, Andreï Erofeev, de graves ennuis judiciaires et le fait d'être assigné à résidence à Moscou.

 

Opening hours

Opening hours (during exhibitions):

Every day, except Mondays
11 a.m. 8 p.m.
Ticket office is open untill 7:30 p.m.

 


Contact us

Address: Moscow, 107996, 21/5 Kuznetsky Most, porch 8, entrance from Bolshaya Lubyanka street

Phone: +7 (495) 621 55 22

Fax: +7 (495) 626 06 89

E-mail: info@ekaterina-foundation.ru



Follow us