Press room

"Connaissance des Arts", Mars 2010

Être collectionneur en Russie aujourd'hui

texte Damien Sausset

À l'image d'un pays qui ne cesse de changer de visage, il n'existe pas de collectionneur type en Russie. Toutes les attitudes, toutes les prises de positions sont possibles, des plus mesurées aux plus délirantes.

Un enjeu politique

Tout autre est l'attitude de Semenikhine, riche entrepreneur qui, depuis le début des années 2000, s'investit dans le monde de l'art, collectionnant et soutenant avec acharnement les artistes russes (il a financé plusieurs grandes rétrospectives, dont celle de Boulatov en 2006). Lors de notre rencontre, il avait tenu à commenter personnellement chacune des œuvres exposées dans ses bureaux, avant de nous conduire dans sa fondation (lire rubrique Carnet de voyage). Refusant autant que possible les mondanités, l'homme aime à parler avec passion des altistes qu'il collectionne, s'insurgeantau passage sur le manque d'école d'art sérieuse en Russie, sur l'absence d'engagement de l'État en faveur de la création récente et la manière dont l'art contemporain devient un enjeu politique au service d'un nationalisme débridé...

 

Moscou contemporain

texte Guillaume Morel

Ancienne chocolaterie, garage à bus ou entrepôts à vin réhabilités, l'art contemporain occupe les lieux les plus innattendus de Moscou. Promenade insolite dans la capitale russe, de fondations privées en cenrtes d'art, des galeries de Winzavod à la Maison de la photographie.

Carnet de voyage

En marge du Moscou historique de la Place rouge, de Saint-Basile et de ses bulbes multicolores, du Kremlin et du musée Pouchkine, il en est un autre plus secret, celui de l'art contemporain qui anime d'anciens sites industriels reconvertis, à l'écart du centre et des grandes avenues embouteillées. Un contraste fort, à l'image de cette ville surprenante où se juxtaposent l'architecture baroque du xvin1' siècle, les édifices néoclassiques, les tours staliniennes et les petites églises orthodoxes fraîchement repeintes, coincées entre deux buildings des années 1980. À Moscou, la présence visible de l'art contemporain est récente. Après une première impulsion née au début des années 1990 au lendemain de la chute de l'URSS, le déclic a véritablement eu lieu en 2005 avec la création de la Biennale d'art contemporain, qui a donné airx altistes, aux marchands et airx collectionneurs une place nouvelle, tout en fédérant les différentes institutions de la ville. «C'était un événement important pour le public, car il n'y a pas de culture de l'art contemporain en Russie», se souvient Alexandra Kharitonova, commissaire d'expositions à la Fondation Ekaterina. Créée en 2002 par Vladimir et Ekaterina Semenikhin, cette institution conserve près de huit cents œuvres, des peintres non-conformistes russes à Pierre et Gilles en passant par James Rosenquist ou Tony Matelli, et joue un rôle primordial dans la diffusion de l'art moderne et contemporain en organisant de nombreuses expositions, en ses murs comme en dehors. Parmi les plus récentes, « Sots Art » à La Maison rouge à Paris (2008) ou « Serge Diaghilev et les ballets laisses » montrée à Monaco puis à la Galerie Tretiakov en 2009-2010, un musée d'État qui, à l'instar du musée d'Art moderne de Moscou, possède par ailleurs de belles collections contemporaines...

 

Opening hours

Opening hours (during exhibitions):

Every day, except Mondays
11 a.m. 8 p.m.
Ticket office is open untill 7:30 p.m.

 


Contact us

Address: Moscow, 107996, 21/5 Kuznetsky Most, porch 8, entrance from Bolshaya Lubyanka street

Phone: +7 (495) 621 55 22

Fax: +7 (495) 626 06 89

E-mail: info@ekaterina-foundation.ru



Follow us